écrits par Armelle pour différentes revues de Yoga, ces articles explicitent certains aspects de l'enseignement.

L’esprit clair

Pour comprendre ce que c’est qu’un esprit clair, essayons de regarder comment fonctionne notre mental. Selon la Psychologie des chakras, qui me fut enseignée par Sri Shyamji Bhatnagar yogi, le mental fonctionne par couches superposées. L’antique science des chakras explique que notre corps subtil est tissé de nombreux canaux énergétiques, appelés « nadis », reliant des organes énergétiques aussi appelés « chakras ». Ces chakras sont les organes du corps subtil, par lequel s’expriment nos désirs, en fonction de l’éveil ou non de notre compréhension (dépendant du corps causal). Ces désirs à leur tour conditionnent notre vitalité physique par le biais du système nerveux.

Sushumna nadi
Les sept principaux chakras sont étagés dans la colonne vertébrale et le cerveau, le long d’un triple canal (nadi)appelé « Sushumna » logé dans la moelle épinière. La Sushumna est composée de trois nadis : un canal central, qui véhicule la résultante de nos expériences d’une vie sur l’autre, depuis le début des temps. - Puis un autre émergeant à droite, appelé canal de droite ou « Vajrini nadi », solaire, où l’énergie descend du sixième chakra vers le premier, s’incarnant pendant les trois premières années de la vie : c’est là que s’inscrivent de manière indélébile tous nos conditionnements reçus. - Enfin un troisième, émergeant à gauche du canal central, est appelé « canal de gauche » ou «Chitrini nadi ». Lunaire, il remonte du premier vers le sixième chakra, et s’y inscrivent toutes les ouvertures de conscience développées au cours de la vie. Les effets des conditionnements, blocages ou ouvertures du le canal de droite s’y répercutent. Cependant dans le canal de gauche, les blocages ne sont pas indélébiles.

Les chakras
Les sept principaux chakras représentent les différents registres de la personnalité. Chacun d’eux est composé de 7 « microchakras », chacun en relation avec l’un des sept chakras. Si l’on tient compte des trois nadis, cela représente donc 21 microchakras par chakra. Ces trois canaux sont les seuls en contact avec tous les microchakras de chaque chakra, entre le premier et le sixième chakra, et le canal central continue seul au dessus. En général, les microchakras fonctionnent en association les uns avec les autres, et quand on parle de l’un d’eux, selon le tempérament de la personne ces associations diffèrent… Le sixième chakra, situé au centre du cerveau, à la hauteur de l’entre sourcils, est le centre de l’intuition et du discernement. Il régit tous les chakras et microchakras inférieurs.
En chaque chakra, le sixième micro-chakra représente le discernement et l’intuition, et gouverne la mentalité de ce chakra. Activé, il est capable de compenser différents blocages dans les microchakras inférieurs du chakra, et donc peut aider à créer de nouvelles ouvertures. Chaque chakra possède sa propre perspective dans la manière de comprendre la vie.

Le mental des chakras
Essayons maintenant de donner quelques caractéristiques du mental de chacun des chakras.
Le premier chakra est situé sous la colonne. Associé à l’élément Terre, il régit la région du rectum et les fonctions d’évacuation… Sur le plan psychique, son rôle est de développer les moyens de survivre. Le mental du premier chakra, c’est le mental du corps. Il se préoccupe entre autres de choisir une nourriture adéquate : se nourrir pour se fortifier plutôt que de «creuser sa tombe avec ses dents » - Ou de choisir des vêtements, frais pour l’été et chauds pour l’hiver. Ou encore de trouver du travail pour pouvoir s’offrir le gite et le couvert, vivre et non seulement survivre. C’est à lui de prendre soin de la santé, d’apprendre comment exercer et reposer le corps tout à tour, de développer la résistance nécessaire. Les animaux, gérés par le cerveau animal ont d’instinct le mental du premier chakra efficace. Nous disposons aussi d’un cerveau animal, hérité d’un niveau ancien de notre évolution, mais depuis, nous avons développé les deux hémisphères, droit et gauche, respectivement liés à la fonction sentiment et à la fonction pensée, et plus tard le cortex cérébral, derrière le front. Cela nous a « tourné la tête » et, nous avons perdu le contact avec le cerveau animal instinctif : nos désirs sont parfois anarchiques et peuvent engendrer de la souffrance. Il nous faut donc apprendre civiliser le cerveau animal.

Quand le mental du premier chakra est fragile, jaillit un sentiment d’insécurité. Nous manquons de discernement à propos de la gestion du corps et de la nourriture - lire les étiquettes n’est pas suffisant : quelles nourritures associer ou éviter, quelles quantités, combien de fois dans la journée… Ou encore, nous ne savons pas nous donner des conditions d’existence épanouissantes : faire de notre maison un lieu de repos et de récupération, choisir des vacances reposantes, pour nous régénérer plutôt que de nous épuiser davantage… Parmi les symptômes de confusion du mental du premier chakra, la boulimie, l’anorexie, la constipation, les hémorroïdes, la colère, l’agressivité, la violence, l’avidité...Le second chakra, situé dans la colonne, au niveau du sommet du pubis, est associé à l’élément Eau, à toutes les circulations dans le corps, à la sexualité, la langue et le goût. Sur le plan psychique, le second chakra gère le sens de l’identité sexuelle, les relations et transactions, les échanges, l’imagination, et les sentiments.
La gestion de l’eau est importante : dans notre corps, 60°/° d’eau. Le sang et tous les liquides du corps sont connectés au second chakra. Nous avons besoin de boire, chaque jour, régulièrement entre les repas, pour maintenir notre système lymphatique en bon état et drainer hors du corps les toxines – d’autant plus que la nourriture est souvent polluée des produits chimiques. Sinon le sang s’encrasse. Quand le sang est pur, les organes sont vigoureux, la santé est bonne, on ne perd pas tant la mémoire, et l’esprit reste clair. Le sang encrassé est la porte ouverte à toutes sortes de maladies, physiques, émotionnelles et mentales. Le sang est le véhicule de l’âme.
Quand le mental du second chakra reste confus (6°microchakra sous-développé), peuvent apparaitre les troubles de la circulation, les maladies du sang et, celles liées aux glandes génitales, au système lymphatique, ou au système urinaire, à la vessie. Sur le plan psychique, c’est la peur de ne pas être reconnu. On risque de faire des erreurs dans le choix du partenaire dans la vie. On peut aussi avoir l’impression de n’être pas quelqu’un que l’on puisse aimer, et se dévaloriser, ce qui arrive lorsque, pendant la petite enfance, les parents n’ont pas su faire comprendre à leur enfant qu’il méritait qu’on l’aime sans conditions (blocage dans le canal de droite). Alors l’enfant, une fois adulte, ne saura pas se positionner dans ses relations (répercussion dans le canal de gauche). Le sentiment de solitude, se sentir esseulé, est un problème typique du sous développement du mental du second chakra. De même, la jalousie, l’envie, le mensonge, la vulnérabilité émotionnelle, ou encore, la peur de devenir un père ou une mère… Dans chaque chakra, sur les 21 microchakras si nous en avons par exemple 15 d’ouverts et 6 de bloqués, ce sont ces derniers qui nous font souffrir.Le troisième chakra, associé à l’élément feu, et à la vision, est situé dans la région ombilicale. Il gère le feu digestif, la qualité de l’assimilation digestive, l’estomac, la rate, le pancréas, le duodénum, la vésicule biliaire et le foie, et les glandes corticosurrénales. Sur le plan psychique, il régit notre relation avec les autres, l’intégration sociale et professionnelle, le côté administratif de la vie, le sens de l’organisation, le sens de la diplomatie...


La véritable raison de s’activer dans la vie, c’est la recherche du contentement. Contenter, réaliser les potentialités d’un micro-chakra : on en éprouve une satisfaction qui s’enregistre dans le septième microchakra du chakra correspondant. Le problème, dans cette civilisation de consommation effrénée, c’est que nous sommes conditionnés à vouloir toujours plus : nous ne savons plus prendre le temps d’être content, satisfait quand nous avons atteint un objectif, et nous arrêter pour le savourer, tout simplement. Le contentement ne consomme pas d’énergie, il en donne. Mais « en vouloir toujours plus » requiert et gaspille énormément d’énergie ! Autrefois, quand les gens allaient puiser l’eau, après l’effort, ils prenaient le temps de s’asseoir sur la margelle, goûter l’eau fraîche, et soupirer d’aise ! Aujourd’hui, tout est à notre portée, et en si grandes quantités que nous en oublions d’expérimenter la sensation de contentement. Nous sommes devenus avides. Quand les gens recherchent un maître, c’est pour apprendre à pouvoir supporter toujours plus de stress, de compétition, ce qui en fait des «faiseurs» plutôt que des «êtres» humains !
Quand le mental du troisième chakra est atrophié, on a du mal à trouver sa place dans la société, à s’y sentir reconnu, à reconnaître ses capacités propres, discerner le nécessaire du superflu, comprendre quel genre de travail nous conviendrait. On pense accomplir toujours plus : plus de quoi ? - Plus de stress ! - Nous ne savons même plus prendre le temps de nous nourrir, avalant sur le pouce, sans mâcher, oubliant de nous reposer, puis de prendre le temps de décharger les intestins, si bien que nous devenons constipés (physiquement et mentalement). On tombe dans l’esclavage de son travail, de peur de n’être pas reconnu par le patron et l’on se laisse embarquer dans de constants conflits de dominance, pensant en termes de pouvoir et non plus d’aptitudes - sans savoir se donner le droit de vivre décemment !Le quatrième chakra, situé au niveau du cœur dans la colonne, des poumons, des bras, des mains, et est en relation avec l’élément Air, la peau, le toucher, et l’amour inconditionnel : aimer inconditionnellement, sans attendre de récompense, simplement parce que la nature du cœur, c’est d’aimer. Nous avons tous ce potentiel. Cependant, généralement, peu de microchakras sont ouverts dans le quatrième chakra. Il arrive que l’on développe un amour inconditionnel (serait-ce un attachement ?) pour son chien, son chat, car là, aucun risque - ou bien pour une religion, un art… Mais la plupart du temps, ce sont des êtres humains que nous avons besoin d’apprendre à aimer inconditionnellement, à commencer par soi–même ! L’amour inconditionnel stimule la glande du thymus, « la glande qui guérit ». Les personnes âgées se régénèrent profondément au contact de leurs petits enfants, comme les petits enfants à leur contact. Pourtant, de nos jours, on fourgue les anciens dans des asiles de vieillards, des mouroirs, et les petits enfants entre les mains des baby-sitters anonymes et incompétentes, tandis que les parents sont absents, en principe, au boulot ! Nous nous croyons civilisés ?

Les mains qui guérissent sont également un atout du quatrième chakra, à la portée de tout le monde. Mais pour pouvoir vraiment guérir, il faut déjà s’ouvrir à l’amour inconditionnel ! Les Mudras des mains utilisés dans les traditions spirituelles expriment et véhiculent différents aspects de la dévotion. Toute discipline de Yoga, en général, ne recherche qu’à clarifier l’esprit. Lorsque le mental de chaque chakra est clair, travaille à bon escient, les chakras fonctionnent en harmonie, intégrés vers un objectif commun. Cette harmonie émane de l’intérieur : où que vous soyez et quel qu’en soit le contexte, l’harmonie émane de vous, vous regardez le monde de manière aimante, et le monde vous le rend. Les gens gravitent autour de vous, attirés par cette harmonie. Vous ne souffrez pas de solitude, même quand vous êtes seul.

Quand le mental du quatrième chakra est perturbé apparaissent les maladies pulmonaires, cardiaques, ou de peau, et la tendance à la dépression.Au cinquième chakra situé dans la gorge, sont attribués l’élément Akasha, le plus pur des éléments, qui perçoit l’univers sous forme de vibrations sonores aux fréquences innombrables, émergeant d’un profond silence. « La perception de notre propre son cosmique intérieur peut nous éveiller à la sagesse Divine qui se réverbère constamment dans l’univers » explique Shyamji. Les qualités du cinquième chakra sont la créativité, la communication et le non attachement. Au sixième microchakra de notre cinquième chakra réside le Maître intérieur. Quand ce micro-chakra commence à s’éveiller, on se sent attiré par une approche spirituelle de la vie. La vie spirituelle ne doit pas être confondue avec la religion. On adhère à une religion en ressentant le besoin d’appartenir à un groupe qui révère une personnalité particulière, et l’on suit avec eux certains dogmes imposés de l’extérieur. Pour se sentir accepté du groupe, religieux ou politique, il arrive que l’on soit amené à critiquer de manière sectaire ceux qui conçoivent la vie différemment, les accusant d’être sectaires (projection). On a un certain sens de la communauté, mais pas universelle : les religions sont souvent à l’origine des guerres. Une telle attitude ne peut satisfaire quelqu’un qui aspire à la vie spirituelle, laquelle est une affaire individuelle, dans le cadre ou non d’une religion. L’aspirant spirituel cesse de se mêler de ce que pensent ou devraient penser les autres et cherche seulement à s’ajuster soi-même pour entrer en contact avec le Divin en soi. L’aspirant spirituel est attiré par la solitude, qui favorise l’intériorisation des sens - le monde empirique étant alors perçu comme un jeu des cinq sens orientés (et souvent dissipés) vers l’extérieur. Sa foi, plutôt que d’être une adhésion à quelque chose qu’il n’a peut-être jamais expérimenté, se base sur la compréhension intérieure, l’intuition et l’expérience, c’est une certitude paisible et inébranlable. Quand le sixième micro-chakra du cinquième chakra n’est pas totalement ouvert, on recherche l’aide d’un instructeur spirituel extérieur, pour aider à affiner et équilibrer la sensibilité, jusqu’à éveiller clairement la perception divine du Maître intérieur.

Quand le mental du cinquième chakra est troublé, on peut entendre des voix et croire à tord qu’il s’agit d’une directive spirituelle, ou se croire soi-même un grand leader spirituel, puis engendrer à tord le fanatisme autour de soi (mythomanie).Le sixième chakra, situé au centre du cerveau à hauteur de l’entre sourcils, est le centre du discernement et de l’intuition, qui permet d’observer le jeu des sens sans jugements de valeur, sans réaction passionnelle. Maintenant, les dualités peu à peu se résorbent dans l’Unité. A ce niveau de conscience, on est progressivement guidé par le Maitre intérieur, vers la lumière, la beauté, la paix, et l’on commence à considérer ce qui réunit au delà des différences (les débutants remarquent plutôt les défauts et ce qui sépare). L’amour inconditionnel du quatrième chakra aide à trouver le chemin de l’Union. L’approche de la méditation devient plus aisée, il n’y a plus de rêvasserie, de distractions vaines. Quand le mental du sixième chakra est perturbé, on peut devenir schizophrène ou maniaco-dépressif.
Dans le septième chakra, l’égo s’immerge de plus en plus dans l’unité du Soi Divin intérieur. On y expérimente les différentes sortes de samadhi. Le septième chakra, relié au canal central, Brahma nadi, se nourrit de contentement. - Contentement d’avoir épanoui toutes ses potentialités (rare). Chaque nuit, pendant le sommeil profond, notre conscience remonte se reposer au septième chakra, pendant que nous en sommes inconscients. C’est ce qui nous repose et nous régénère. Avec l’illumination, c’est la même chose, mais consciemment et cela se conquiert.En somme, dans le premier chakra, nous considérons la vie à partir de notre corps ; dans le second, à partir de notre genre sexuel ; dans le troisième, du point de vue social. Dans le quatrième, c’est le point de vue de l’amour inconditionnel ; dans le cinquième, le point de vue spirituel, Dans le sixième, on recherche ce qui unit au delà des différences… Dans le septième, le point de vu Divin s’exprime ! Quand tous les septièmes microchakras sont contents, on est vraiment content à tous les niveaux du mental, véritable objectif de l’éducation pour la Réalisationhumaine – devenir Humain.
Bien sûr que l’on a provisoirement besoin d’un toit pour s’abriter, d’un mari, des enfants, d’un job.... Mais tout cela ne sert qu’à nous donner des occasions de nous développer. Peu à peu, nous quittons une identification pour une autre, jusqu’à ce que nous réalisions vraiment qui nous sommes, et ce que nous sommes venus faire ici, l’esprit clair.

Armelle Denolle
Paru dans la revue Santé Yoga n° 89, novembre 2008

Armelle DENOLLE
  01 47 82 40 04
  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
© Yoga détente - Administration - Réalisation Diaphragme.net