écrits par Armelle pour différentes revues de Yoga, ces articles explicitent certains aspects de l'enseignement.

Les trois principes du Désir

Dans notre monde contemporain, la vie intérieure de l’individu est généralement reléguée à l’arrière plan de l’existence. Pris dans l’engrenage et les pressions de la vie extérieure, il ne prend pas le temps de s’arrêter et d’observer ses comportements, ses motivations, de regarder si sa vie a un sens, une harmonie, une profondeur... Cependant, à y regarder de plus près, nous pouvons peu à peu discerner en nous l’émergence de trois grands types de motivations. Le premier concerne la gestion de notre vie physique, matérielle et sociale. Le second est intéressé par l’amour, la dévotion, la révérence. Et le troisième attiré par la pensée, la compréhension des principes et des causes, la communion avec le point de vue Divin.

Sri Shyamji Bhatnagar, dans son enseignement spirituel, nome ces trois grands courants Les trois Lingas, trois principes du Désir.
Tout élan vital est soutenu par le désir, la motivation. Toute existence émerge du principe de Désir. C’est pourquoi, dans la tradition Shivaïte indienne, le principe du désir est représenté par le Linga (phallus) de Shiva, la Conscience, érigé dans la Yoni (vulve féminine) de la Shakti, l’énergie vibrante de la Nature. La signification de ce symbole ne se réduit pas à la sexualité. En effet, le principe de Désir influence chacune de nos cellules et gouverne la vitalité des chakras, dont les sept principaux représentent les différents registres d’évolution de la conscience dans notre personnalité : à chacun correspond un ensemble de désirs. Au fur et à mesure que ces désirs sont contentés, la conscience évolue au niveau supérieur.

Le premier linga
Les motivations du premier Linga, lorsque l’énergie évolue et fluctue entre les trois premiers chakras, concernent notre vie matérielle : les questions de nourriture, de survie, de sécurité de l’emploi et d’argent (premier chakra), les échanges sexuels et les relations avec l’entourage proche (deuxième chakra), et pouvoir s’intégrer socialement (troisième chakra).
Réaliser tout cela de manière épanouissante stimule déjà le développement de nombreuses qualités. Par exemple, (1° chakra) la capacité de fortifier et maintenir sa santé, de gagner sa vie, de se loger et de se construire un rythme de vie équilibrant, épanouissant. Puis (2°chakra) devenir capable d’attirer un ou une partenaire pour vivre ensemble une vie inspirante et harmonieuse, construire une famille, et enfin (3° chakra) la gérer, gérer ses biens, et s’intégrer dans la société qui nous entoure... Ces différentes préoccupations monopolisent ordinairement la majeure partie de notre attention. Quand nous commençons à être satisfaits à ce niveau-là, nous y consommons moins d’énergie, laquelle devient alors disponible pour l’éveil de la conscience à des niveaux supérieurs.
Voici quelques uns des symptômes prouvant que nous sommes encore dominés par les énergies du premier linga :
La peur de mourir, la peur de manquer, la boulimie alimentaire, au travail, affective ou mentale.
La peur de ne pas être accepté, et donc le désir intense d’être reconnu, la jalousie
Le culte exagéré de l’apparence ou de la séduction
L’esprit de compétition, se montrer comme le plus puissant, le plus généreux, le plus fin connaisseur...
Apparaitre trop strict, trop rigide dans les contacts humains, ou au contraire trop laxiste.
La tendance à se sentir coupable sans raison ou à culpabiliser les autres
Parler fort en épuisant tout le monde, ou au contraire pas assez fort, ne pas savoir se faire comprendre
Le Manque de discernement, de tempérance dans les registres des trois premiers chakras, se montrer lunatique, imprévisible...

Deuxième linga
Le quatrième et le cinquième chakra sont par excellence le lieu du raffinement de l’égo. Pour pouvoir accéder au niveau de conscience du deuxième linga, Il faut au préalable avoir développé l’intégrité, et cela commence par cesser de se mentir à soi-même. Avec une évaluation plus vraie de nous-mêmes, la demande de reconnaissance extérieure s’estompe, l’esprit de compétition aussi, nous devenons plus calmes.
Les désirs du premier Linga satisfaits, on recherche autre chose. Le quatrième chakra se présente, réservoir de l’amour inconditionnel, qui devrait d’abord être appliqué à nous - même. Ensuite, en se consacrant à l’autre, aux autres, sans attente en retour, en se dévouant pour une cause, ou à la révérence d’une conception spirituelle, l’égo s’affine, devient plus discret, modeste, moins attaché à rechercher la gratification ou fuir la frustration : la situation, l’objet importent moins que la justesse de notre attitude. Nous répandons autour de nous plus de douceur, de compréhension, d’empathie, un humour bienveillant. La révérence envers la vie, les rythmes de la vie, la lumière, la nature, les êtres s’éveille et s’épanouit. – « Que ta volonté soit faite et non la mienne ».
Nous devenons plus créatifs à résoudre les problèmes (cinquième chakra): pas besoin de laisser surgir autant de conflits, ou de chercher à avoir systématiquement raison. Nous commençons à nous ouvrir à la sensibilité ou la perspective différente d’un autre. Notre joie exprime un état intérieur d’équilibre indépendant des circonstances extérieures. Graduellement, nous cherchons à nous harmoniser au Dharma (les lois ontologiques de la vie, qui, quand on les respecte, rendent heureux). Nous devenons témoins de notre propre manière de réagir à la vie, de ressentir les choses, les situations, les êtres. L’aptitude à intérioriser les sens se développe progressivement. Apparait alors un réel appel à la quête intérieure.
Pour y voir clair dans notre exploration intérieure, nous recherchons l’aide d’un véritable maître spirituel, et sommes (enfin) prêts à écouter et expérimenter ses corrections, ses indications, sans chercher constamment à nous justifier. Nous accueillons les enseignements cachés de la vie quotidienne. Il se peut encore que nous devenions plus sensibles à la perception sonore, aux timbres de voix, aux sons sacrés, à leur influence sur notre subconscient, notre sensibilité, notre clarté mentale...

Troisième linga
C’est au troisième linga, qui gère le sixième et le septième chakra, que s’approfondissent la clarté mentale, et l’intériorisation des sens. La perception devient capable de passer au-delà du champ de conscience sensoriel. C’est un moment délicat, probablement celui évoqué dans ses poèmes mystiques par Saint Jean de la Croix comme « la nuit obscure des sens ». Par l’intuition, l’on cherche à transcender le monde empirique de la dualité pour expérimenter l’Unité Divine. Nous comprenons que nous ne sommes pas limité à notre corps, nos sentiments ou nos pensées. Ce que nous sommes vraiment dépasse tout cela de très loin. Le Divin unique s’exprime à travers toute la Création...
Et l’on ressent alors le besoin urgent de changer de style de vie : se simplifier la vie, moins d’implications extérieures, la recherche du silence et la solitude, pour se donner le temps de percevoir la Présence intérieure : nous sommes attirés par la méditation. Finalement, demeurant dans la paix du sanctuaire intérieur, l’égo devient léger, souple, transparent, et s’immerge dans le Divin...

Armelle Denolle

Armelle DENOLLE
  01 47 82 40 04
  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
© Yoga détente - Administration - Réalisation Diaphragme.net