Les articles

écrits par Armelle
pour différentes revues de Yoga, ces articles explicitent certains aspects de l'enseignement.

L’avantage de purifier l’Apana

 

photo 5

Certains ne pratiquent le yoga que pour rechercher un bien-être primaire, quasi immédiat. Purifier l’Apana est un préliminaire à toute pratique profonde du yoga, qui renforce et assure ce bien-être. L’Apana, l’une des 5 modalités principales du Prana - l’énergie vitale en action dans notre organisme, a pour fonction d’évacuer hors du corps les résidus de toutes sortes, gaz, urines, selles, mais aussi émotionnels et mentaux. L’Apana réside normalement dans le premier chakra et opère dans la zone des deux premiers chakras, chassant vers le bas (vessie et anus) les toxines.

Les chakras sont des organes de notre corps subtil. Les principaux, étagés le long de la moelle épinière, gèrent différents registres de notre personnalité. Le premier gère le plan physique et matériel, l’ossature. Le second, les eaux, les circulations, l’identité sexuelle et les échanges avec les proches. Au troisième : les gaz, le feu digestif, et l’intégration sociale. Au quatrième : la respiration, les poumons, le cœur, l’amour inconditionnel et le don de soi. Le cinquième gère la sphère O.R.L., la créativité, l’expression de notre compréhension de la vie, du Dharma (ensemble de lois qui, quand elles sont respectées, assurent le bien-être, l’équilibre et le contentement). Au sixième chakra : le discernement des principes et des causes. Et au septième : le contentement, d’avoir su épanouir nos différentes aptitudes physiques affectives mentales et spirituelles. Comme dans un hologramme, chacun d’eux reflète un aspect de chacun des autres principaux chakras. 

Ceux-ci sont irrigués par la Sushumna, un ensemble de trois canaux évoluant du cerveau au bas de la colonne, le long de la moelle épinière. Le canal central contient les mémoires de nos vies passées. La Kundalini (énergie manifestant l’évolution de la conscience) y remonte quand le chemin a été préparé. Cette préparation s’effectue dans deux autres canaux qui l’entourent, circulant en huit, autour de la colonne puis de la tête. L’énergie solaire descend depuis l’hémisphère gauche du cerveau, à droite dans la colonne, du septième vers le premier chakra. Elle se convertit, au premier chakra, en énergie lunaire qui remonte à gauche, vers le sixième chakra puis l’hémisphère droit du cerveau.
Dans le canal de droite sont enregistrés les conditionnements donnés par les parents au bébé pendant les trois premières années de la vie, créant des ouvertures et des blocages, indélébiles à vie. Ces conditionnements affectent le canal de gauche, où s’enregistrent progressivement toutes nos prises de conscience et notre évolution. Ce qui est bloqué à droite n’empêche pas forcément une ouverture à gauche, il faut seulement plus d’efforts pour l’obtenir. La Kundalini ne peut s’éveiller avant que le canal de gauche ne soit déjà très largement ouvert. 


Notre énergie se régénère chaque matin à l’heure du lever de soleil, à condition que l’Apana ne devienne pas un obstacle. L’Apana est chargé d’évacuer de la zone du premier chakra les énergies usées hors de l’organisme. Quand la transmutation de l’énergie du canal de droite vers le canal de gauche ne peut pas se faire, la circulation de l’énergie, au lieu d’évoluer vers le canal de gauche, reflue en sens inverse dans le canal de droite. Les blocages inscrits dans le canal de droite ont tendance à attirer, tout au long de la vie, les effluves toxiques d’un Apana pollué. Il est donc nécessaire de purifier régulièrement l’Apana.

Etablir le flux énergétique dans la bonne direction
Le lever de soleil nous apporte chaque matin un afflux prodigieux d’énergie solaire, qui ne peut être transmuté que consciemment, et ne le sera pas si nous restons allongés et endormis à cette heure-là. La transmutation de l’énergie solaire du canal de droite vers l’énergie lunaire du canal de gauche, se fait dans le premier chakra, à condition que les intestins aient été vidés pendant l’heure du premier chakra, qui se termine 24mn avant le lever du soleil. Ce qui suppose que l’on se lève avant le lever de soleil, après s’être couché pas trop tard, pour avoir suffisamment dormi. 

Pour la plupart d’entre nous, cela demande une rééducation, car les rythmes de notre environnement social poussent à « socialiser » tard dans la soirée. Les bébés se réveillent naturellement à l’heure du premier chakra pour faire leur selle, mais les parents n’aimant pas se lever tôt s’empressent de les reprogrammer à se réveiller plus tard - prélude à la plupart des problèmes de santé physiques et mentaux que connaît notre société. 
La rééducation peut prendre 2 à 3 ans. Si quelqu’un veut tenter l’expérience : après la douche, avoir essayé de dégager les intestins et pratiqué quelques étirements et respirations conscientes, vient le moment de s’asseoir silencieusement face à l’est, dans un lieu réservé. A l’heure précise du lever de soleil, si le mental est frais et paisible, on peut ressentir intérieurement, même les yeux clos et derrière un mur, soudain jaillir et s’élever en soi depuis le nombril la lumière d’or du soleil levant. Cette sensation de paix et de lumière imprime une tonalité de calme et de lucidité à la journée qui s’annonce. La transmutation de l’énergie solaire (canal de droite) en énergie lunaire dans le canal de gauche s’opère à ce moment là. Dans la tradition tantrique et védique, les yogis pratiquent ensuite quelques sons sacrés appropriés favorisant la remontée de l’énergie lunaire vers le cinquième chakra. Ainsi, le courant énergétique s’oriente-t-il pour la journée dans la bonne direction, évolutive, celle qui favorise l’évolution de nos prises de conscience.
 
L’Apana pollué
L’Apana peut se polluer de multiples façons. La principale, c’est l’habitude de constipation. La constipation, ce n’est pas seulement le fait de ne pas aller à la selle régulièrement. C’est aussi le fait de ne pas pouvoir expulser tout le contenu des intestins. Les toxines passent alors à travers les parois et vont encrasser les différents tissus du corps, les organes. Ainsi, les fermentations la putréfaction, se multiplient, invitant la vermine à proliférer : toute nourriture fraîchement ingérée, même la meilleure et la plus pure, est immédiatement contaminée par ces déchets. A la longue, le système nerveux s’épuise et le caractère se détraque, se complique. La constipation, de purement physique, devient alors émotionnelle puis confusion mentale.
L’Apana commence à se putréfier dès qu’on perd l’habitude de se réveiller et d’aller à la selle à l’heure du premier chakra. D’autres facteurs entrent en jeu : la vie sédentaire, le manque d’exercice physique, une respiration insuffisante, la mauvaise qualité de l’air, une période de grande fatigue, un surcroît de travail prolongé, un choc émotionnel violent, une préoccupation qui ronge ; ou encore s’alimenter de manière anarchique, plutôt que de se nourrir pour se fortifier. Les pensées et émotions négatives, le désir inconscient de refuser la vie, d’éviter toute responsabilité, aggravent aussi la pollution de l’Apana. Pour construire sa vie spirituelle sur des bases solides, toutes les habitudes et conditionnements quotidiens sont à passer progressivement au crible du discernement : nettoyer, purifier, simplifier, fortifier !
 
Méfaits psychiques et mentaux de la constipation
Quand l’encombrement devient récurrent, la constipation se fait progressivement affective et mentale : les effluves de l’Apana pollué remontent souiller le canal de droite, à l’encontre de la descente de l’énergie solaire. 
Au premier chakra, l’Apana pollué se manifeste par des émotions d’insécurité, la peur de manquer, la peur de mourir et l’agressivité qui en résulte, la jalousie, la kleptomanie, la peur de l’obscurité. Les complications s’amplifient au fur et à mesure que cette pollution affecte les chakras supérieurs.

Quand l’Apana remonte au deuxième chakra (zone de la sexualité, des reins, glande médullo-surrénale), surgissent les rêves et les fantasmes sexuels, la peur du qu’en dira t’on, celle de ne pas être accepté par l’autre, le manque de confiance en soi, la crainte de la solitude remontent s’ancrer dans le subconscient. Dans la zone du le troisième chakra (nombril, foie, vésicule biliaire, rate et pancréas, estomac, assimilation digestive, répercutant sur la vue...) apparaissent, sur le plan physique, les allergies alimentaires, les problèmes de digestion, foie, vésicule biliaire, rate, pancréas, estomac (ulcères, cancers), et sur le plan psychique, la colère sortie ou rentrée, le ressentiment, les conflits de dominance, complexes d’infériorité ou de supériorité, le besoin de reconnaissance, de gratification immédiate, l’attachement à la réussite sociale, et le fait de toujours vouloir faire, être celui qui a fait, ou qui aurait dû faire... Dans la zone du quatrième chakra (cœur, poumons, bras, peau, toucher) surgissent les problèmes de peau, pulmonaires ou cardiaques, l’asthme, les allergies aux pollens, les cancers de la zone, la difficulté de s’harmoniser à l’entourage, la peur d’aimer ou de n’être pas aimé, fanatisme religieux, tendances tyranniques, idées noires et dépression. Dans la zone du cinquième chakra (gorge, O.R.L., voix, son, parole et expression) en plus des fragilités O.R.L., peuvent se manifester l’intolérance, la maladie de la persécution, on entend des voix ; mythomane, on se prend pour le messie. Au sixième chakra (entre les sourcils) peuvent surgir de graves hallucinations, la confusion mentale profonde, la schizophrénie, les manifestations maniaco-dépressives. Au septième, la catatonie : la folie devient incontrôlable.

Armelle Denolle

Publié dans a revue santé Yoga n°111 novembre 2010